Oui, c'est un conte de fée que je m'en vais vous conter, du moins, sa première partie...

Il était une fois donc, une blogueuse qui se baladait sur Ravelry, à la recherche d'idées... Au détour d'une page, elle tomba sur une étole, nommée Spring Leaves

SpringLeaves

Elle trouva les explications en français, grâce à Brittany. Celle-ci avait en effet traduit le travail de Katrin Vorbeck, qui elle même s'était inspirée du châle Gail (aka Nightsongs) de Jane Araujo ...

 

gail

(Euh, vous suivez là ? C'est complexe, c'est sûr, mais je trouve normal de citer ceux dont je m'inspire !)

La blogueuse tomba donc sous le charme de ses "congés printaniers" et résolut de les réaliser... Elle fouilla dans ses reserves de laine, mais ne trouva point le fil digne d'une telle merveille. Elle regagna donc son clavier, et retourna le web en tout sens pour y trouver son bonheur...

Celui-ci se manifesta encore une fois sur Ravelry, sur un modèle de châle. Problème ! Le fil est américain, donc cher à importer, donc très cher en boutique française. La blogueuse, pourvue d'une grande motivation, sinon d'une porte-monnaie bien dodu dénicha finalement une boutique anglaise, qui avait le fil de ses rêves à un prix raisonnable...

Elle passa donc commande, et patienta longtemps... Bon, n'exagérons pas : 8 jours ! (La livraison eût pu être plus rapide je pense, si notre héroïne n'avait choisi la semaine du "mariage du siècle" et de Pâques combinés, mais la passion n'attend jamais la raison !)

Un beau matin, le paquet arriva, et la blogueuse reçu, par delà la mer, le fil tant convoité, nommé Mini-Mochi (coloris 104 pour les puristes)

mini_mochi_104

Sous ses yeux, le camaïeu rêvé... sous ses doigts, une douceur incroyable (80% mérino, 20 % nylon)... Le prince charmant en pelotes !

Yapluka ! se dit-elle...

(suite au prochain post... peut-être !)